L’acné hormonale de l’adulte, quel traitement ?

Traitement de l'acné adulte hormonale - Tolexine 100mg b

Comme beaucoup d’adolescents, j’ai eu de l’acné. Vers 17/18 ans, mes tempes, mon front et mes joues étaient criblées de boutons d’acné, et puis en grandissant c’est passé.Par la suite, si j’ai toujours eu quelques imperfections et une peau à tendance grasse, j’ai eu le droit à des périodes d’insouciance, où je pouvais me permettre de sortir sans aucun maquillage et sans avoir honte.

Et puis, j’ai commencé à prendre la pilule. Je vous en parlais déjà par ici, ça c’est très mal passé et j’ai tout arrêté un an plus tard pour passer à un autre moyen de contraception : le stérilet en cuivre. Si cet arrêt a vite été très bénéfique pour mon corps, le gros point négatif est arrivé 6 mois plus tard : l’acné adulte et hormonale pointait le bout de son nez.
C’est en septembre dernier que les choses ont commencé à dégénérer, de quelques boutons par ci par là, facilement camouflables avec du bon maquillage, je suis passée à une acné kystique avec des dizaines de miycrokystes très douloureux, tellement rouges que le meilleur combo correcteur/fond de teint ne pouvait plus rien pour moi. J’ai commencé à avoir honte de mon visage sans maquillage, à me cacher derrière de grosses écharpes dès que je sortais dans la rue sans maquillage.

Bien sûr, si vous me suivez un peu vous devez savoir que je suis une adepte des remèdes naturels et j’ai donc combiné beaucoup des bonnes astuces que je trouvais sur internet pour essayer de remédier à ce fléau. Si le naturel m’a aidée à avoir une meilleure peau, cela ne m’a pas permis de me débarasser de manière satisfaisante de mes boutons, et c’est pourquoi après 6 mois de lutte acharnée j’ai rendu les armes et j’ai franchi la porte du dermatologue.
Celle-ci m’a prescrit un traitement d’antibiotiques et j’ai eu envie de commencer à vous en parler. D’une part pour vous donner les pistes naturelles que j’ai testées et qui, certes n’ont pas marché sur moi, mais nous sommes tous différentes et sur vous peut-être que ça fonctionnera. D’autre part pour pouvoir vous faire un bilan mensuel de mon traitement antibiotique, si ça fonctionne youpi sinon la dermato a été formelle, ce sera le Roaccutane. Ce mot qui fait peur.

Traiter l’acné de manière naturelle

L’acné peut-être causée par de nombreux facteurs et je pense que certaines formes d’acné peuvent être facilement traitées par des traitements naturels, qui vont permettre d’avoir une meilleure peau sur le long terme.

Une bonne hygiène

La base de la base pour avoir une jolie peau, c’est d’avoir une bonne hygiène. Notre peau est salie toute la journée par la pollution ambiante, la transpiration, notre maquillage etc. Il faut donc la nettoyer consciencieusement chaque soir en se démaquillant. Si l’on a une peau « à problèmes » il ne faut pas négliger cette étape.

Nettoyer ne veut cependant pas dire décaper et la douceur est la meilleure alliée de la peau. Personnellement j’aime beaucoup me démaquiller à l’huile ou avec une lingette lavable Lamazuna, suivi d’un second nettoyage avec mon éponge Konjac (mon avis sur celle de Lamazuna est ici) et un Savon saponifié à froid surgras (ceux de Clémence et Vivien sont tops, retrouvez mon avis ici). Cela permet d’éliminer en douceur les impuretés et l’excès de sébum de la peau. Si j’ai la flemme de procéder à un double nettoyage, j’utilise simplement une eau micellaire, la H2O de Bioderma en ce moment, qu’il faut que je termine avant de passer à une eau micellaire bio.

Et je termine toujours par quelques pshits d’eau florale de lavande pour éliminer les restes de calcaire ou d’eau micellaire de mon visage, avant d’appliquer mes soins.

Des produits de soins et un maquillage adaptés

Je suis une adepte des cosmétiques naturelles depuis plusieurs années déjà, et j’ai eu le temps de faire le tour de celles dédiées aux peaux grasses et acnéiques. Pour moi le top du top reste d’utiliser en guise de crème un mélange d’huiles végétales adaptées, qui permet de nourrir la peau (même les peaux grasses ont besoin d’être nourries !) sans l’agresser et en l’aidant à se réguler. Je vous invite à lire ou à relire ma routine de soins où je détaille mon mix d’huiles végétales qui a permis de considérablement améliorer l’état de ma peau, même s’il n’a pas été suffisant pour me débarasser de mon acné. Il se compose d’huile de jojoba, d’huile de noisette, d’huile de nigelle, d’huile de calopylle et de gel d’aloe vera. Toutes ont des propriétés géniales pour les peaux grasses et à problèmes.

Il est également possible d’appliquer localement des huiles essentielles pour faire partir plus vite les boutons d’acné. La plus connue est sans conteste l’huile de tea tree (que je vous présente en détails ici), mais la lavande vraie ou le citron sont aussi très bien. Si vous avez les moyens je vous conseille l’huile essentielle de Manuka qui est quasi magique à ce qu’il paraît.

Côté maquillage, il faut être vigilent et n’utiliser que des produits non comédogènes, si possible sans silicones de manière à ne pas boucher davantage les pores de sa peau. En effet, l’acné est dûe à une surproduction de sébum qui bouche les pores de la peau, provoque des points noirs qui s’infectent et forment des boutons. Il faut donc à tout prix ne pas agraver ce soucis quand est sujette à l’acné. De manière générale, plus c’est bio et naturel, mieux c’est.

Cette routine a fait une partie de son job, ma peau s’est affinée, mon grain de peau est devenu plus lisse, j’avais beaucoup moins de points noirs et la peau moins grasse de manière générale, à tendance quasiment normale. Cependant il me restait mes kystes acnéique qui ne voulaient pas partir.

Une alimentation plus saine

Quoi que vous puissiez lire sur internet de la part de dermatologues plus ou moins consciencieux et plus ou moins payés par l’industrie agro-alimentaire, sachez que OUI l’alimentation joue un rôle clé dans l’apparition de l’acné. Certains produits sont clairement à réduire ou à éviter pour avoir une peau dans un meilleur état.

Les produits laitiers sont ceux qui sont le plus pointés du doigt à cause des hormones qu’ils contiennent en très forte quantité. Ces hormones (qu’ils soient naturels ou artificiels) viennent perturber nos propres hormones et peuvent provoquer des dérèglements hormonaux qui sont sources de crises d’acné.
Chez moi c’est radical, à l’époque où je buvais encore du lait, un bol de chocolat chaud et hop c’était la fête sur mon visage. Déjà végétarienne depuis plusieurs années, j’ai commencé à éliminer les produits laitiers à cause de l’acné et je suis aujourd’hui quasiment végétalienne. Je consomme encore de petites quantités de fromage que j’essaie de réduire au minimum pour éviter que des boutons apparaissent. 

Les produits raffinés sont eux aussi montrés du doigt. En effet, leur ingestion provoque un pic d’insuline qui peut provoquer des poussées d’acné. Personnellement j’ai donc choisi de les éliminer le plus possible de mes placards : Adieu riz blanc, sucre blanc, farine de blé… Et bonjour riz complet, sirop d’agave, sucre muscovado, farine de petit épeautre…

Je tiens également à préciser que la cigarette, l’alcool et les produits très gras peuvent également avoir des conséquences néfastes sur vos boutons d’acné.

Le pouvoir des plantes

Certaines plantes sont connues pour limiter l’apparition de boutons d’acné. C’est le cas de la bardane et de la sauge. Ainsi, j’ai fait plusieurs cures de gélules : celles de chez Fleurance Nature à la Bardane – Pensée Sauvage – Ortie qui ont plutôt bien marché même si les boutons revenaient une fois la cure terminée. Récemment j’ai également testé une cure de Zinc – Bardane sur les conseils de ma dermato, le zinc aidant notamment à réduire les symptômes de l’acné. Sans grand succès cette fois.

Après avoir lu cet article de Gala j’ai également acheté de la sauge pour m’en faire des infusions que j’ai bues pendant ma période pré-menstruelle. Si peu de boutons sont apparus par rapport aux autres mois, ceux qui étaient déjà là ont bien campés sur leurs positions et je n’ai donc pas vu mon état s’améliorer de manière satisfaisante.

Quand la médecine classique fait son entrée

Une efficacité des remèdes naturels insuffisante

Comme je vous le disais, grâce à tous ces changements dans mon mode de vie et une amélioration satisfaisante de mon grain de peau, il me restait néanmoins de nombreux kystes acnéiques et de fortes poussées d’acné la semaine précédent mes règles. Je finissais par m’habituer à cette peau dont pourtant j’avais honte. Me montrer à d’autres personnes que mes parents sans maquillage devenait pour moi compliqué, même si je le faisais par flemme de sortir le grand jeu juste pour promener mon chien par exemple, préférant laisser ma peau respirer dès que possible.
A la demande insistante de mes parents, j’ai fini par aller consulter un dermatologue

Un traitement médicamenteux adapté

Ma dermatologue m’a dit que tous mes produits naturels ne pourraient jamais vraiment traiter mon acné, liée à un dérèglement hormonal consécutif à l’arrêt de ma pilule, qui rend mes glandes sébacées trop grosses. Elles produisent ainsi trop de sébum, qui bouche mes pores et provoque des points noirs, des boutons, des kystes acnéiques et autres joyeusetés.

Elle m’a donc prescrit pour 3 mois un traitement pour l’acné adulte à base d’antibiotique (Tolexine 100 mg) combiné à un traitement local (Locacid + Eclaran + Crème Sébium Hydra de Bioderma) que vous pouvez voir sur la photot en tête d’article. Si au bout de 3 mois ce traitement ne fonctionne pas, ou qu’il fonctionne mais que l’acné revient une fois le traitement terminé, il faudra que je prenne Roaccutane, ce traitement de choc contre l’acné.

Bilan après une semaine de traitement sous Tolexine

Depuis une semaine tout pile que je prends Tolexine, ma peau s’est considérablement améliorée. Elle est beaucoup plus lisse, et si j’ai encore bien sûr de nombreuses cicatrices d’acné, et des boutons qui pointent le bout de leur nez, je n’ai pas eu de nouveau microkyste et ceux que j’avais déjà disparaissent à vue d’oeil.

Le point négatif est un assèchement de ma peau. Après 2 jours de traitement j’ai eu une grosse réaction de mon visage, devenu tout rouge et qui me brûlait après avoir procédé à ma routine habituelle à svaoir éponge konjac, savon surgras et huiles végétales. Suite à ça j’ai décidé de stopper le traitement local (l’application des crèmes perscrites) pendant 2 jours pour laisser reposer ma peau et ça lui a été bénéfique. J’ai également commencé à peler sévèrement autour de la bouche et du nez, à avoir le contour des yeux tellement sec que mon anti-cernes faisait des grosses traces disgracieuses, à voir mon fond de teint pelucher à l’application. Bref, d’une peau grasse je suis passée à une peau très sèche en quelques jours. J’ai décidé de délaisser la crème Bioderma conseillée par ma dermato pour n’utiliser que mes huiles végétales habituelles en guise d’hydratation le matin, et le soir après les crèmes anti-boutons. Avec en plus de l’huile de coco sur le contour des yeux, du nez et de la bouche pour nourrir au maximum ma peau. Et ça marche ! Je ne pèle plus, je ne me réveille plus avec le visage qui tire.

Pour l’instant mon ressenti vis-à-vis de ce traitement antibiotiques est donc très positif. J’espère que ça va continuer comme ça et surtout qu’une fois le traitement arrêté mes boutons ne reviendront pas. Je vous tiendrai bien entendu au courant de la suite des évènements 😉

 

Avez-vous aussi de l’acné adulte ?
Comment-avez-vous réussi à la traiter ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires

  1. J’espère que cela a marché pour toi ! Je me suis retrouvée quelques fois dans ton article, j’avais essayé pas mal de choses naturelles, pensée sauvage, bardane, huiles essentielles. Malheuresement, tout cela n’a pas suffit et après l’echec des antibio j’ai décidé de prendre roaccutane. J’en suis à la fin du 3ème mois, ce n’est pas un traitement facile mais c’est sur qu’il est efficace. Je te souhaite du courage 🙂

    1. Coucou! Cela fait maintenant 2 mois que j’ai arrêté les antibio et si ce n’est pas aussi catastrophique qu’avant j’ai tout de même des microkystes. Beaucoup moins cependant et que sur de petites zones alorsqu’avant même mon cou était un champ de bataille… j’attends encore quelques mois avant dd me décider à prendre ou non roaccutabe.
      Bon courage pour ton traitement,je lis beaucoup de témoignages et en effet ça a l’air dur, surtout l’été :/ J’espère que ça marchera !

  2. Ravie de lire ton article qui traite de ce sujet, j’ai au moins un ou deux boutons type kystes durant ma période de règles et comme pour toi même si ma peau depuis le naturel est mieux, l’acné est tenace et me complexe, je rêve de pouvoir sortir de chez moi sans maquillage sans avoir honte de mes rougeurs et de mes quelques boutons.
    Je suis tentée de passer le cap de la dermato, étant donné que la tienne à l’air bien, peux-tu me communiquer ses coordonnées ?
    J’ai très peur d’aller voir le premier/iére venu/e et de me retrouver avec un traitement qui ne me convient pas.
    Dans l’attente d’en savoir plus sur ton traitement et en espérant que cela fonctionne pour toi !

    1. Coucou ! Je t’ai envoyé un mail concernant les coodonnées de ma dermato. Elle officie en région parisienne donc je ne suis pas sûre que ça te convienne par contre 😉

  3. J’ai eu de l’acné sévère il y a quelques années et après avoir enchainé différentes méthodes -souvent sous forme de crème- qui ne donnaient que de moyens résultats je suis passée au roaccutane pendant 10mois. C’est un traitement très lourd et qui amène beaucoup d’effets secondaires mais c’est le plus efficace ! En lisant les commentaires, j’ai pu lire quelques réticences, et je les comprends. Mais personnellement, ça m’a changé la vie et je n’ai pas gardé de cicatrices (outre celles que j’avais déjà avant). L’important est d’être suivi par un bon dermatologue, qui saura dire si le traitement en vaut la peine ou pas !

    En ce moment, pour les quelques traces qu’il me reste, j’utilise la même crème Locacid que sur la photo, un jour sur deux seulement (pour laisser ma peau se reposer). Quel que soit le traitement,il y a malheureusement forcément assèchements et rougeurs dans tous les cas… Ce qui me pose le plus problème, c’est faire attention au maquillage que je porte car en effet, c’est un paramètre à ne pas négliger!

    Pour finir, je tiens à te dire que je découvre ton blog, que je m’y suis promenée un peu et j’aime beaucoup ce que tu fais ! Cet article m’a notamment interpellé ; beaucoup souffrent d’acné alors c’est bien d’en parler, de donner des conseils, etc…

    1. Ah Locacid permet d’atténuer les cicatrices ? J’avoue que j’utilise un peu bêtement le traitement que m’a prescris ma dermato sans me demander ce qui sert à quoi… Comme toi je n’utilise pas la crème Locacid tous les jours pour éviter que ça tire trop.

      Merci pour ton gentil mot ! C’est vrai que j’ai lu plusieurs témoignages intéressantes concernant l’acné mais beaucoup avait déjà 2/3 ans, une éternité sur internet ! Donc je me suis dit que ce serait bien de partager mon expérience, contente que ça te plaise 🙂

  4. Ton article retrace bien mon parcours ! Comme toi je n’utilise que des produits « naturelles » et j’ai considérablement réduit ma consommation de produit laitier et comme toi j’ai toujours ces foutus boutons au moment des règles.
    Mais j’ai décidé que tant pis, c’était la vie. Je ne retournerai pas chez un enième dermato qui va me prescrire des médicaments qui n’auront aucun effet sur le long terme. J’en ai testé pas mal avant et le résultat à toujours été le même : ils reviennent !
    Pour le roccutane à ta place j’y réfléchirai à deux fois, j’ai rencontré une fille qui l’avait fait il y a une dizaine d’année et sa peau était vraiment abimée…

    1. C’est ce dont j’ai peur, qu’ils reviennent ! :/
      Par contre je me dis que même sans Roaccutane ma peau va devenir vraimen abîmée à force, cicatrice sur cicatrice… c’est pour ça que je préfère tenter le tout pour le tout si mes antibio ne marchent pas à long terme.

      1. C’est clair que les cicatrices c’est pas terrible non plus :/ Pour l’instant je cicatrice encore bien mais c’est avec l’age ça ne va certainement pas s’arranger !

  5. Coucou!
    J’ai un peu le même parcours que toi, faudra que j’aille pousser la porte du medecin… J’étais sous Toplexine… C’est un super traitement – en plus, on tombe jamais malade avec! :p.
    Bref un vrai calvaire… Courage à nous, bisous!

    1. Ah oui tu étais souvent malade ? Je croise les doigts vu que c’est le printemps j’espère y échapper !

  6. Je crois que j’aurais pu écrire cet article, à peu de choses près. Pour ma part, j’ai abandonné la bataille contre l’acné, car malgré ma bonne volonté et toutes les méthodes du monde (naturelles, non naturelles…) je ne m’en sortais pas. Du coup j’ai fini par « craquer » et me lancer dans l’aventure Roaccutane. J’avoue que ça a été un vrai soulagement pour moi. Pour l’instant, ça se passe bien, je croise les doigts pour ne pas avoir de rechute ! J’espère que tu n’auras pas besoin de passer par là, car ce n’est quand même pas le traitement le plus rigolo du monde 😉 Bon courage, plein de pensées positives et plein de bisous !

    1. J’ai lu ton article sur ton premier mois de traitement Roaccutane. Si mon traitement antibio ne marche pas je devrais y passer aussi mais ça ne m’angoisse plus autant qu’avant tant je suis focalisée sur mon objectif peau parfaite 😉

  7. Quel article complet et intéressant 🙂 Je suis passée par là moi aussi pendant plusieurs années :/ J’ai finis par abandonner moi aussi les produits naturels et j’ai passé la porte d’un cabinet médical. J’avais pas un traitement aussi lourd que toi pourtant il n’a fait qu’empirer les choses (j’avais de l’acné kystique et le traitement m’a déclenché des poussées d’acné « normale ») alors au final je suis revenue au naturel et c’est l’arrêt total des produits laitiers qui à tout stoppé ENFIN ^^ Maintenant c’est un autre combat: se débarrasser des vilaines cicatrices tenaces :/ En tout cas bon courage pour la suite, j’espère que tes problèmes de peaux vont se résoudre très rapidement 🙂

    Bonne journée 🙂

    Cindy

    1. Merci pour ton commentaire ! J’avoue ne pas réussir à me passer complètement des produits laitiers, je mange encore un peud e fromage mais bon je ne m’enfile pas non plus un reblochon par semaine donc je ne suis pas sûre que ça joue…
      Pour les cicatrices je crois que l’huile de calophylle est pas mal 😉

Laisser un commentaire