Mon passage de la pilule au stérilet – Le bilan 1 an et 9 mois plus tard

Mon passage de la pilule au stérilet - Tache de Rousseur (2)

Cet article très personnel est dans mes brouillons depuis des mois, je n’avais pas encore trouvé le « courage » de le publier. La contraception est en effet un sujet très personnel, que beaucoup de femmes hésitent à aborder avec leurs proches alors sur internet vous pensez bien !
Cependant, c’est un sujet qui me tient à coeur et après avoir lu dernièrement de nombreux articles à ce sujet, des témoignages de blogueuses qui ont arrêté la pilule, ou tout du moins l’envisagent sérieusement, j’ai eu envie d’apporter ma pierre à l’édifice. J’ai en effet moi même fat le choix d’arrêter la pilule il y a  1 an et 9 mois,  et j’avais envie de vous parler de cette expérience maintenant que j’ai assez de recul.

NB : Ce sera mon dernier article avant les fêtes, je vais passer les deux prochaines semaines en famille dans la campagne Paloise puis Rochelaise. Je vous souhaite donc à toutes (et à tous ?) de très bonne fêtes ! Profitez bien de votre famille et pensez aux animaux 🙂

La pilule et moi

Contrairement à beaucoup d’entre vous sûrement, j’ai commencé à  prendre la pilule très tard, à 23 ans (Le scandale des pilules de 4ème génération venait d’éclater). Avant cela on ne me l’avait jamais proposée, pas même pour diminuer mon acné étant adolescente. Quand j’ai souhaité avoir un moyen de contreception définitif, ma gynécologue  m’a prescrit la pilule phare du moment, Leeloo. Je dis pilule phare car on était une bonne dizaine dans mon entourage à la prendre. Je n’ai eu le droit à aucun examen ni aucune prise de sang pour cette première prescription, ce qui m’a d’ailleurs semblé un peu louche mais je n’ai pas osé remettre en cause l’autorité du médecin.

Au bout de 3 mois, j’ai décidé de retourner voir ma gynécologue car je présentais tous les effets secondaires indiqués sur la notice de la pilule, ce qui était loin de me rassurer. Après en avoir parlé avec mes amies qui prenaient elles aussi Leeloo,  je me suis aperçue que j’étais loin d’être la seule à qui cette pilule ne convenait pas, même si j’étais bel et bien la seule à présenter autant d’effets indésirables.
Après avoir décrit mes symptômes à ma gynécologue, elle m’a donc prescrit une seconde pilule. En à peu près 3 secondes et demie, toujours sans aucun examen. Cependant,après plusieurs mois d’utilisation de cette nouvelle pilule (Optidril), si certains effets secondaires avaient disparus, celui qui me gênait le plus était toujours présent : je prenais du poids. Moi qui avais toujours été plutôt stable à ce niveau là depuis mes 18 ans  dans la mesure où je continuais à me nourrir normalement. Je commençais à me sentir mal dans ma peau et ne comprenais pas mon corps. En effet,  si certaines fois je n’avais pas l’impression de manger énormément et que j’avais beau faire attention une semaine entière sans voir aucun résultat, d’autres fois je me jettais sur la nourrtiture sans aucune volonté pour me stopper. J’étais perdue, ne savais plus à quel saint me vouer, et j’ avais très envie que ça change.  Pour l’histoire, j’ai pris 8kg en 1 an.

Le passage au stérilet

Une de mes amies s’était fait poser un stérilet à la même période, j’ai donc commencé à m’intéresser au sujet. En 2014, il existe encore bien entendu des gynécos qui refusent de poser des stérilets aux jeunes femmes sans enfant, mais quand on se renseigne on se rend compte que c’est sans danger ! Ma courte expérience avec les hormones ayant été catastrophique, je n’en voulais plus aucune dans mon corps, exit donc les implants ou les stérilets hormonaux. La seule option envisageable restait pour moi le stérilet en cuivre, ou DIU (Dispositif Intra Utérin), ce qui allait aussi de pair avec mes envies d’un mode de vie plus sain et plus naturel. Au passage j’ai aussi changé de gynécologue, pour en trouver une qui me mette plus en confiance, qui soit plus rigoureuse et à qui je n’avais pas peur de  poser des questions.

La pose du stérilet

A savoir : Avant de poser le stérilet, votre gynéco doit vous faire un examen pour voir si tout va bien, si votre utérus est placé correctement (instant glamour) et il faut ensuite prendre rendez-vous pour la pose. C’est à vous d’acheter le stérilet en pharmacie et de venir avec au rendez-vous, comme pour un vaccin. Le mien m’a coûté 80€. Sachez qu’on le garde 5 ans, c’est donc une solution plutôt économique.

En vrai, un stérilet c’est tout petit et si votre gynéco n’est pas trop barbare, elle vous en prescrira un qui s’ouvre en appuyant sur un petit bouton et hop les branches du T s’ouvrent et c’est fini !
(Il existe des stérilets qui s’ouvrent en 2 manipulations et d’autres en une seule). Oui ça fait mal, mais ça fait mal trois secondes. Après c’est fini.
Une fois le stérilet posé, il faut prendre rendez-vous 3 mois plus tard pour vérifier que tout va bien, et ensuite seulement tous les ans !

Mon passage de la pilule au stérilet - Tache de Rousseur (1)

Les points positifs et négatifs du stérilet

Les points positifs :

  • Plus aucun effet indésirable lié à la pilule si vous en aviez
  • Plus aucune hormone dans votre corps, pour moi c’est très important
  • Une libido accrue (ou plutôt une libido « normale » car très souvent la pilule diminue la libido)
  • Une perte de poids plus ou moins importante selon les femmes. Chez moi ça a été magique, la pilule m’avait fait prendre 8kg en 1 an, j’en ai perdu 12 en 1an et demi.
    Je me suis rendue compte que la pilule me donnait toujours envie de gras et de sucré, quand je l’ai arrêtée je me suis mise à manger normalement et j’ai fondu lentement mais sûrement (devenir vegan et manger tous les repas à la maison a beaucoup joué aussi c’est sûr)

Les points négatifs :

Le stérilet peut présenter certains effets indésirables, qui seront plus ou moins importants selon les femmes, cela dépend de comment étaient vos règles et vos cycles avant la pilule.

  • Vous ne pouvez plus contrôler quand vos règles arrivent et éviter de les avoir pendant les vacances en enchaînant 2 plaquettes
  • Des règles plus abondantes. J’ai lu qu’on retrouve ses menstruations de la période pré-pilule mais c’est chez moi c’est devenu beaucoup plus important en termes de flux et de durée. J’ai mis 6 bons mois à retrouver un flux qu’on peut qualifier de normal mais ce n’est que récemment, donc 1 an et demi plus tard, que la durée de mes règles est devenue acceptable (environ 1 semaine contre 10 jours auparavant)
  •  Si vos menstruations étaient très abondantes et très douloureuses, il est déconseillé de passer au stérilet en cuivre car cela aggravera ces problèmes.
  • Ne plus pouvoir utiliser la cup menstruelle. En tout cas, ma gynéco me l’a fortement déconseillée car elle a eu des cas de décrochement de stérilet avec des jeunes filles qui l’utilisaient. J’ai très mal vécu mon retour aux joies des tampons et serviettes hygiéniques et je pense retenter la cup en en prenant une mieux adaptée à mon nouveau flux et  en faisant surtout très attention en la retirant pour éviter tout effet de succion qui pourrait provoquer un décrochement du stérilet. S’il y en a parmi vous qui combinent cup et stérilet merci de me dire comment ça se passe ! 
  • Sans hormones, les sautes d’humeur  peuvent être plus marquées en période pré-menstruelle (SPM : Syndrome Pré-Menstruel) et menstruelle.
  • Le retour de l’acné hormonale #17ansencore. J’ai eu des périodes plus ou moins marquées, Le pire ayant été cette rentrée 2015 je pense, et ce n’est qu’en adaptant ma routine que j’ai réussi à m’en débarrasser, pour de bon j’espère ! (Je vous ferai un article très prochainement sur ma routine de soins)

Le bilan presque 2 ans plus tard

Le bilan de mon arrêt de la pilule au profit du stérilet est pour moi très positif, même si j’ai listé beaucoup plus de points négatifs que de points positifs. Malgré quelques inconvénients comme l’acné, des menstruations plus abondantes et plus longues ou mon retour forcé aux protections hygiéniques classiques qui sont pour moi un enfer, je ne regrette rien. Sans vous mentir, cela est due en très très grande partie grâce à ma perte de poids. Je ne vous cache pas qu’à la période du +8kg je me sentais extrêmement mal dans ma peau, et le bonheur d’avoir retrouvé mon poids du début de lycée sans faire le moindre effort vaut pour moi toutes les déconvenues.

Je suis également ravie de m’être débarrassée des hormones qui altéraient mon comportement et mes humeurs. Je fais partie de ces femmes qui ont un SPM très marqué, je suis d’humeur maussade et me mets en colère pour un rien les quelques jours précédents mes menstruations mais je préfère toujours cela a une humeur stable mais contrôlée par un cachet qui me faisait presque l’effet d’être sous anti-dépressseurs.

En conclusion, je dirais que si vous n’avez aucun effet indésirable et que la prise d’hormones quotidienne ne vous dérange pas, vous n’avez aucune raison d’arrêter la pilule.
Mais si vous rencontrez des soucis, souvenez-vous que la pilule est loin d’être le seul moyen de contraception envisageable, même s’il est quasi systématique. L’implant ou le stérilet sont tout à faits possibles, et si votre gynéco vous refuse la pose du stérilet sous prétexte que vous n’avez pas eu d’enfants c’est qu’il est resté à l’âge de pierre et vous êtes en droit d’en changer !

Avez-vous un stérilet ou déjà envisagé de vous en faire poser un ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires

  1. Salut Leslie,

    Merci pour ton retour d’expérience 🙂 Comme toi je supporte assez mal la pilule (j’en ai testé trois en 6 ans) et j’aimerais passer au stérilet en cuivre. Le problème c’est que j’ai déjà pris deux fois Roaccutane et que je n’ai pas envie de revoir mon acné pointer le bout de son nez. Est-ce que tu penses que tes boutons viennent plutôt de l’arrêt de la pilule ou du stérilet en lui-même (d’après ce qu’à pu te dire ton gynéco ou de tes ressentis) ?

    Merci, bisous

    1. Hello ! L’acné vient forcément de l’arrêt de la pilule. Mon stérilet est en cuivre et sa seule action est donc spermicide, il n’a aucune incidence sur mes hormones ou mon acné.
      j’ai lu plusieurs témoignages de filles expliquant cependant avoir diminué petit à petit la pilule au lieu de l’arrêter du jour au lendemain : la couper en 2, puis en 4 par exemple et apparemment il y a beaucoup moins de conséquences de cette façon !
      Bon courage !

      1. Super merci beaucoup pour ta réponse.
        Et autre question : est-ce que le stérilet en cuivre gêne lors des rapports ?
        Merci, bisous

  2. Bonjour, Comme beaucoup d’entre nous, je ne supporte vraiment pas les effets des hormones avec au 1er plan : poitrine très douloureuse constamment, chute libido. Je me suis fait posé un stérilet au cuivre (NT 380 short) il y a une semaine et demi et j’ai cru remarquer dans quelques témoignages que je ne réagissais pas comme d’autres. Je n’ai eu que qeulques saignements l’après-midi même, et depuis des pertes blanches quotidiennes (mais j’en ai toujours eues, je suis surprise de vois que certaines s’en étonnent !), sauf qu’elles sont un peu rosées et que je dois porter un protège slip. Sinon : – ventre enflé depuis une semaine, – de tps en tps je ressens un tiraillement, comme qd j’ai mes règles, barre dans les reins, – 1ers câlins, j’étais crispée parce que j’ai le col de l’utérus vrmt sensible, et douleur de règles ensuite pdt 30 min(mais pas de règles pour autant). Pt positif : mon copain n’a pas senti les fils . Donc pas d’effets secondaires bien méchants, j’espère surtout que les douleurs pendant les rapports vont disparaître(je précise que j’ai l’utérus rétroversé) et merci à vous.

  3. Jamais entendu parler de possibilité de décrochement de stérilet avec la cup… J’utilise l’un et l’autre depuis 8 ans maintenant et suis ravie d’avoir les deux ! Pourquoi pas un risque d’emmêlement du fil du stérilet dans le tampon tant qu’on y est ?!

  4. Hello 🙂

    Ton article est très intéressant, je pense moi aussi poser un stérilet (il ne manque plus qu’à aller au labo, prendre rdv et le faire poser)! Leeloo, ou la pilule qui m’a fait perdre ma confiance en moi à cause d’une prise de poids peu naturelle… Je déteste cette pilule, celle que l’on m’a donné après m’a fait regagner mon poids normal, mais maintenant je veux vraiment me débarrasser des hormones une bonne fois pour toute!

    1. Contente de t’être utile ! 🙂 C’est sûr que des fois les hormones ont du bon (quand tu veux ne pas avoir tes règles par exemple), ou pour niveler ton humeur…/ mais de manière générale je suis ravie de mon choix donc j’espère que cela te conviendra également 😉

  5. Super article, je me suis reconnue dans ton expérience, sauf qu’en plus j’ai eu le droit à des problèmes de thyroïde, qui ont mené à des crises d’angoisse et un début de dépression. J’ai fini par abandonner la pilule et en quelques semaines tout est revenu à la normale. Le soucis aujourd’hui est qu’il n’y a pas grand choix niveau contraception sans hormone et de par mon âge je n’ai sois disant pas droit à un stérilet…

  6. J’ai un stérilet et j’utilise une cup et pour rien au monde je voudrais retrouver les serviettes/tampons!
    Ma gynéco m’a juste déconseillé les tampons avec le stérilet pour des histoires d’hygiène mais rien pour la cup et je vois pas trop comment il pourrait s’enlever si on enlève correctement la cup 😮

    1. Ah oui elle t’as déconseillé les tampons ? C’est intéressant ça. Depuis que j’ai écris cet article plusieurs mois sont passé et je suis repassé à la cup pour mon plus grand plaisir/confort ! Effectivementt après m’être renseignée je ne vois pas comment l’effet ventouse pourrait être assez fort pour décrocher le stérilet…

  7. Hello !! Hé bien tout comme toi en 2014 je suis passée au stérilet… une longue aventure mais qui finalement fini bien…. Toutefois, je tiens à dire que l’usage de la cup n’est absolument pas déconseillé avec un stérilet… en fait c’est une idée reçue… Ma gynéco me l’a bien expliqué, qu’en fait comme bcp de médecins ou même gynéco (incroyable quand meme) ne connaissent pas super mega bien la cup, ils s’en méfient… Il n’y a pas de danger, à part évidemment si tu tires comme une barbare et fait une grosse ventouse avec (ce qui n’est pas l’usage normal d’une cup qu’on se le dise 🙂 ) Donc aucun soucis avec ça tu peux y aller 🙂 Voila, en tout cas bravo pour ton témoignage j’espère que ça aidera les filles à prendre leurs décisions loin d’être facile quand on se pose moults questions 🙂 Bizeeeettes !

    1. Merci pour ton témoignage et tes encouragements 🙂 Mon article date un peu et depuis je suis repassée à la cup pour mon plus grand confort ! Effectivement l’effet ventouse n’est pas assez fort pour déloger le stérilet, ou alors c’est qu’il y avait déjà un soucis à la base.
      En tout cas tu as de la chance d’avoir une gyneco qui s’y connaît un minimum parce que comme tu dis peu sont au courant des vraies possibilités et avantages de la cup !

  8. Ah la question du stérilet… Je me la suis posée à un moment de ma vie où j’ai voulu arrêter la pilule, il y a un an, parce que j’en avais marre de tester pilule sur pilule sans trouver la bonne… J’ai pris Yaz pendant longtemps et c’était parfait, jusqu’à ce qu’une grognasse de pharmacienne me propose un « générique » moins cher (et autant te dire qu’à près de 40 balles les trois plaquettes, voir même plus, et pas remboursées évidemment, c’était un argument tentant) qui s’est avéré être une pilule totalement différente (un générique de Jasminelle en fait), car même si les doses écrites sur la boite étaient les mêmes que pour Yaz, la prise se faisait en 21 jours et non 27 (j’avais trouvé ça bizarre mais bon je m’étais dit qu’une pharmacienne savait ce qu’ellle faisait non? Bah non…) Du coup mon corps a fait n’importe quoi pendant 6 mois, et même quand je suis revenue à Yaz c’était pas le top. J’ai essayé Leeloo qui s’est avérée catastrophique, puis une autre qui était pas beaucoup mieux, et là j’en ai eu marre, d’autant plus que j’oubliais tout le temps de prendre un comprimé dans le mois, et que je n’arrivais plus à être régulière dans mes prises.

    Alors oui, le stérilet, j’y ai pensé, mais étant donné qu’ado j’avais des règles hyper abondantes et douloureuses, et un syndrome pré-mentruel bien marqué, j’avoue que je n’avais pas vraiment envie d’y revenir (voire même d’aggraver le truc, ce qui m’aurait rendue franchement invivable, et aurait probablement transformé mes périodes de règles en cauchemar!). Et là en plus, de savoir que ce n’est pas vraiment compatible avec la cup, ça ne m’encourage pas du tout… Jamais je ne pourrais revenir en arrière, rien que de penser aux protections hygiéniques classiques j’en ai des frissons! Je me demande même comment j’ai supporté ça aussi longtemps! Sans parler du volume de déchets engendré… Mais bon je ne te fais pas la leçon hein, je comprends ton choix et j’espère que tu réussiras à trouver une cup compatible!

    Au final je suis passée à l’anneau y’a un an, certes c’est encore des hormones et j’en ai un peu marre de me sentir comme un poulet qu’on gave, mais le dosage est très faible et je me retrouve un peu comme avec Yaz, stable dans mes humeurs, pas de prise de poids, de douleurs nulle part, et surtout pas de risque d’oubli! Bon, je dois quand même dire que je serais quand même curieuse de voir l’effet d’une contraception sans hormones sur ma libido héhé!

    Passe de joyeuses fêtes et profite bien de la magnifique campagne paloise (enfin, des champs de maïs quoi…)

Laisser un commentaire