Mes lectures #9

Bilan lecture 9 - Le chuchoteur, Mémoires d'une geisha, Ca peut pas rater

Je crois que je n’ai jamais autant lu que ces deux derniers mois ! Entre l’annonce de mon embauche à la rentrée me laissant des journées entières à la maison dédiées à la lecture, et mon mois de vacances en Indonésie, j’ai littéralement dévoré les livres ! 7 lectures en un mois et demi, dont 2 en anglais,  je suis assez contente de moi 🙂

On commence donc par les 3 premiers romans terminés de ces lectures estivales : Le Chuchoteur – un thriller haletant, Mémoires d’une Geisha – un roman biographique tiré d’une histoire vraie (à ne pas confondre avec le roman d’Arthur Golden  dont est tiré le film éponyme, qui lui est une fiction) et enfin Ca peut pas rater qui était dans ma liste pour le Summer Challenge. 3 livres totalement différents donc, comme d’habitude 😉

Le Chuchoteur – Donato Carrisi

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavila et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les oriente vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Mila Vasquez, experte en affaires d’enlèvements. Dans le huit clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire…

J’avais entendu beaucoup de bien de ce livre sur le blog de Victoria Mango & Salt, ainsi que sur le groupe Facebook de son club de lecture. Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de roman policier, je me suis donc laissée tentée.

Dès les premières pages, j’ai été happée par cette histoire de meurtre et d’enlèvements d’enfants. Il paraît que ce n’est pas un livre à mettre dans les mains d’une jeune maman tant les détails sont sordides… Je l’ai dévoré en quelques jours, lisant jusqu’à pas d’heure pour connaître le fin mot de l’histoire. J’ai été extrêmement surprise par le dénouement multiple de l’affaire, c’est clairement l’un des meilleurs polars que j’ai  pu lire !

J’ai au début été gênée par le manque de contexte : nous ne savons ni le pays, ni l’époque à laquelle l’histoire se déroule. J’ai passé les premières pages à essayer de deviner et puis finalement j’ai apprécié ce manque d’informations qui permet à chaque lecteur de choisir le lieu et la date à sa guise et de faire travailler son imagination.

Ma note : 5/5

Mémoires d’une Geisha – Inque Yuki

Née en 1892, vendue à l’âge de huit ans, Kinu Yamagushi devra apprendre le difficile métier de geisha. Ce qu’elle raconte serait plutôt l’envers du décor : avant de porter le kimono de soie, il lui faudra vivre un apprentissage rigoureux, étudier tous les arts et endurer pour cela privations, exercices physiques traumatisants, soumissions aux coups sous les ordres de la « Mère » et des « grandes sœurs ». Après son initiation sexuelle, elle s’enfuira, mais reviendra vivre dans le « quartier réservé » avant de devenir elle-même patronne d’une maison de geisha.

J’ai acheté ce livre il y a bien 5 ans, je pensais avoir sous la main le roman ayant inspiré le film « Mémoires d’une Geisha » mais je ne m’étais jamais lancée dans sa lecture avant ce printemps.
J’ai mis plusieurs mois à le lire, car j’ai dû faire une pause à la moitié tellement je trouvais la lecture lourde.
Je m’attendais à un roman, sauf que ce livre est une biographie extrêmement détaillée sur la vie des geishas, d’une en particulier. Pas du tout le roman ayant inspiré le film donc. C’est très intéressant, sauf que d’une part je ne suis pas vraiment portée sur la culture japonaise, et d’autre part il y a énormément de mots techniques en japonais et je m’y perdais, je ne comprenais rien. J’ai donc préféré arrêter un temps ma lecture, me disant que je m’y remettrai un jour.

J’ai lu d’autres romans et puis un soir, j’ai eu envie de terminer les 100 dernières pages qu’il me restait. Cette fois-ci je savais à quoi m’attendre et j’y ai pris beaucoup plus de plaisir ! A lire si vous avez envie d’un ouvrage très complet et documenté sur la vie d’une geisha, mais à oublier s i vous cherchez un simple divertissement.

Ma note : 3/5

Ca peut pas rater – Gilles Legardinier

– J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir ! Marie pensait avoir trouvé l’homme de sa vie, jusqu’à ce que son couple implose de façon brutale et scandaleuse. Anéantie, elle prend une décision sur laquelle elle jure de ne jamais revenir : ne plus faire confiance aux mâles et surtout, ne plus rien leur passer. Ni dans sa vie privée, ni au travail. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. Marie est remontée comme un coucou. Marie ne croit plus à l’amour, ce mirage source de tous les malheurs des femmes. Mais voilà, Marie a du cœur, une famille, des amies aussi tordues qu’elle et une soif de vivre qui n’a pas fini de la précipiter dans des plans impossibles. Et si, au-delà de ses illusions perdues, il était temps pour elle de découvrir tout ce qui vaut vraiment la peine d’être vécu ?

Les romans de Gilles Legardinier sont de ceux que je qualifie de romans de gare : c’est écrit en langage courant, c’est court, très facile à lire, les personnages sont hauts en couleurs, on rentre tout de suite dans l’histoire et la couverture est tape à l’oeil. On peut difficilement faire mieux (ou pire ?) qu’un chaton sur un fond coloré je pense. Ca peut pas rater est le dernier en date au format poche (le nouveau est déjà sorti en grand format, il ne s’arrête jamais !), le 4e de la série « Petit chaton sur fond coloré ». Parmi ces 3 précédents romans, 2 que j’ai beaucoup aimés (Demain j’arrête et surtout Complètement cramé), l’autre un peu moins (Et soudain tout change). Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre en ouvrant Ca peut pas rater.

Pour rentrer tout de suite dans le vif du sujet, j’ai trouvé que ce livre était très mauvais et qu’il en faisait des caisses. Les personnages sont beaucoup trop caricaturaux. Entre : les femmes qui ne pensent et ne parlent que garçons (c’est fatiguant quand on a passé l’âge du collège… et pas du tout féministe), les employés qui passent leur temps à râler à commérer… mais quand travaillent-ils ?! L’héroïne est complètement cinglée, à aucun moment je n’ai pu m’identifier à elle, ni à aucune de ses amies/collègues d’ailleurs. Seuls les personnages masculins ont des réactions normales, eux sont des hommes tout ce qu’il y a de plus normaux. Je me demande du coup si l’auteur a un souci avec les femmes ou s’il ne les comprend simplement pas DU TOUT ? Dans les deux cas qu’il recommence à écrire sur des personnages masculins comme dans Complètement cramé, c’était beaucoup mieux !

Autre gros soucis : des comparaisons à n’en plus pouvoir. Je n’en pouvais tellement plus des pensées de l’héroïne et de ces « j’étais comme… » que j’ai fini par sauter des pages entières, ne m’arrêtant que sur les dialogues pour que l’intrigue avance un peu.

J’ai quand même ri à certains passages, mais le vrai comique était caché dans tellement de clichés et de lourdeurs qu’il fallait être attentif sous peine de le louper. A force de m’entendre souffler mon mec a voulu le lire aussi, au bout de 3 pages il m’a dit « mais c’est une blague ce livre ?! ». Voilà. Si vous avez aimé je suis curieuse d’avoir votre avis cela dit 😉

Ma note : 2/5

Avez-vous lu ces livres ? Qu’en avez-vous pensé ?
Quelles sont vos derniers coups de coeur littéraires ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires

  1. J’ai très envie de lire Le Chuchoteur.
    Quant à Gilles Legardinier, j’ai déjà lu un de ses romans que j’avais trouvé vraiment sans plus. Une amie me l’avait survendu, ce n’étais pas désagréable mais pas mémorable !

  2. Je n’ai jamais été tentée par les livres de Gilles Lejardinier, en tout cas pas ceux de la série « petit chaton sur fond coloré », ce n’est pas du tout le genre que j’aime lire. Et ça s’est confirmé lorsque j’ai lu en diagonale Demain, j’arrête en à peine une heure, et que j’ai trouvé niaisou au possible! Alors là, avec ton avis sur Ca peut pas rater, j’ai encore moins envie de tenter haha! Par contre, Le Chuchoteur me fait bien envie, j’essaierai de le trouver à la bibli la prochaine fois que j’irai!

    1. Pour le coup j’avais beaucoup aimé Demain j’arrête, même si je comprends que tu aies pu le trouver niais !
      Le Chuchoteur devrait te plaire plus 🙂

    1. Il faut que je le lise aussi ! Mais bon ça fait un mois que je suis sur un énorme pavé de Stephen King donc ce sera pour après 😉

Laisser un commentaire